Centenaire de Marx

publié le:

Les souries se promènent.
Un flic fait sauter le cœur d’une prostitué.

Désire d’une branche fraîche de châtaignier,
D’un cœurs de betterave.
Il avait un volume chaud, et les paroles tous étaient de demain.
Le matin passait avec pudeur sur la tête de froid.
Un homme ivre vomi,
Un amoureux cherchais un coin tranquille.
Un coin de poubelle a été fouillé.
Un garçon se frotte la reste de son cigarette

A surface fatigué de douleur.
Un souffle imaginaire passait à travers la fenêtre.
Et noierait la séparation,
De prison de "Ghésel Ghaleé",
Jusqu’au chambre de bonne.
Oh, la ligne des prolétariat est très profonde,
Et l’aire de vol est si fine.

Hassan Makaremi

1983

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *