publié le:

Le témoignage de tes yeux de printemps sans fin,
De tristesse ne pleut pas de nouages.
Tu es un nouvel automne dans mon hiver.

L'abandon de parler est une forme de silence :
Un désir, une demande, un besoin.

Le regard est un début sur nos mains,
Et le vagabondage est de la voix du temps dans nos yeux :
Fleurissant et répétitif d'honneur,
Un sourire au plus jeune.
Et le soupir des gentils papillons dans nos journaux,
Laisse une question sans réponse.

Je t'aime sans bagarre.

Hassan Makaremi

1997

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *