publié le:

Il n’a pas le courage de se lever,
Dans cette nuit la plus longue d’hiver.
En plus, les nuages gris, épais,
Perturbent son affaire.

Dans le train,
Une vielle travailleuse de laverie,
Un garçon et ses yeux sales,
Sous le poids de son cartable,
Et quelques jeunes travailleurs,
Qui suivent les photos de foot.

Ils montent,
Ils descendent,
Ils fixent leurs yeux fatigués aux vitres.
Ils pensent au rien,
Ou quelques minutes de retard quotidien.

En réalité, quand ce train arrive t - il ?
Quand ce soleil se lève - t - il ?
Clairement et correctement.

Hassan Makaremi

1984

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *