Mon pays, la terre

publié le:

Mes enfants se grandissent dans mon cœur,
Et moi dans “ Autre ".
Comme les aigles roses contre le vieux châtaignier ?
Ici à hauteur d’idiotie,
Patience et manque de connaissance,
M’habituent à ma maladie cachée.
Comme les souris qui s’enfouissent de peste ?

Dracula vient avec une autre apparence.
Le sang des filles vierges au cours de Prison Evinne,
Dit au soleil,
Si tu le vois,
Nous attendons, le miroir, la lumière,
Un tout petit espoir.

Mes enfants dans mon cœur,
Et moi dans le corps des autres.
C’est la Caravane des rivières orageuses de notre patrie,
La terre, qui produit des nouvelles.
Mon père est mort facilement.
Demain mes oncles aussi.

Mais,
Mes enfants vivent dans mon cœur,
Et moi dans “ Autre ".

Hassan Makaremi
1983

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *