publié le:

La largeur des plages de sables des mers lointaines,
La chaleur des pavés des ruelles du rêve,
Les pétales rouges des tulipes des tavernes de transe
Et la solitude des soupires bien faiseurs revenus des poitrines serrés,

Je les ai sommés aux sommet de chimères,
Et je suis parti.

Ils reviendrons du fond de la galerie de tes yeux,
Quand tu m'appellera,
Du nom que ma mère m'a donnée.

Alors,
La largeur chaude de pétale de tulipe de solitude,
Me fera fondre en Océan.

Hassan Makaremi

2001

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *