Vers de fusion, fusion de vers

publié le:

Quand je regarde, les nuages ne sont pas si loin que ça  (1)
Comme l'amour sans raison,
Comme la voix d'une main qui fait danser "l'autre",
Ils montrent les étranges chemins de la naissance de l'univers,

Comme les corps qui se prolongent dans la liberté,
Ils me disent : regarde ! nous sommes plus beaux que des fleurs,
Ils me soufflent le cœur, la voix du monde, La voix du désert,
Comme une main qui chante,

Comme mes bras qui te serrent même quand tu n'es pas là,
Comme des nuages : si loin, si près, elles tournent et le vide autour,
Comme mes ailes qui volent dans les vides d'un souvenir,
Oui, je les cherche derrière, mais je la trouve devant ; oui mes nuages

Comme je plante mes couleurs, sur les tapis qui m'ont vécus,
Comme le miroir à deux, les nuages ne sont pas si loin que ça.

(1) Ce vers est extrait d'un poème écrit par un écolier du Limousin en 1997, il résume "l'histoire"

Hassan Makaremi

1988

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *