publié le:

Quand l'image de l'ombre sur l'ombre ne m'apporte aucun signe de ma bien-aimé,
Le bruissement des feuilles d'automne, fredonne la chanson de départ.
Et le calme de la fin des dernières chimères du matin,
Se perturbe des mots endormis.

Un revenant solitaire murmure le message du silence,
Les oreilles endormies ne laissent pas s'ouvrir les portes des chimères.

Bien que de nombreux univers nous soient ouverts,
Nous sommes restés les petits habitants de notre village natal.
Dans le rêve,
Dans la chimère,
Dans les souvenirs,
Parmi les mots envolés, futurs ou restés sur les lèvres des étourdis,
Dans les croyances des défunts ou les sourires des gens à venir,
De nombreux univers nous étaient ouverts,
Et nous sommes restés les petits habitants de notre village natal.

Hassan Makaremi

2002

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *