publié le:

Plus de trois milliards années, de la bactérie à l’homme « homo sapiens » et quarante mille ans depuis cet avènement jusqu’à nos jours. La vie se continue et plus les années se cumulent, plus la résistance devant la mort de « cette chose », que nous appelons par simplification « la vie », augmente. Comme si le but de la vie était « la vie » contre « la mort ». Ce parcours colossal de « jouissance », passant par une étape cruciale de droit de l’homme, ne peut pas s’arrêter sans aller jusqu’au droit de la vie, comme le seul droit de notre base « la terre ». Au-delà des fossiles de nos ancêtres, des témoins historiques et architecturaux, qui nous restent comme témoins de ce parcours: Il y a l’art rupestre, il y a des écrits, il y a la culture orale, il y a les patrimoines culturels humains et il y a la totalité des espaces vivants sur notre terre. Et évidemment il y a leurs capitaux comme un témoin passé ainsi que le point de départ vers l’avenir. Jusqu’au jour où on a écrit sur un support : la déclaration universelle de droits de l’homme et l’être humain se dresse comme le plus noble témoin de ces trois milliards d’années. Ce Parcours a encore de beaux jours devant lui : Ecrire le droit de la vie et bien entendu le faire respecter. Peut-être, peut-être ce droit nous conduit au-delà de cette terre ! Et peut-être, peut–être ce droit nous demande un autre espace ! Pour continuer à laisser cet héritage « la vie » à nos enfants il nous reste à chacun à tracer ce parcours collectif de la vie, mais à chacun son propre support… Devant vous les séries des œuvres : « signe à symbole » et « des lignes invisibles au couleur sans limite ». C’est mon parcours à trois niveaux, universel, individuel et artistique que je partage. Et je partage avec vous ces calligraphies : la trace harmonieuse des écrits de ce parcours par nos ancêtres. Ces lignes invisibles les traces de nos rêves dans le réel, les silences des bleus. Et c’est à vous de me répondre. Il nous reste peu de temps. Si vous me dites aussi votre parcours…quand vous le souhaitez …………. « Silence est bleu à hauteur des yeux de ciel, Le temps s’écoule jusqu’à bout de nos fatigues. » Hassan Makaremi 2006

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *