Classé dans: Recherche

Livre: Sexologie et écoute psychanalytique


Sexologie et écoute psychanalytique MÉMOIRE Pour l’obtention du diplôme d’Université « Sexologie et Santé publique » 2003

télécharger le pdf 

INTRODUCTION Sexologie et écoute psychanalytique : « Peut-on considérer la particularité de l’écoute psychanalytique comme une autre contribution de la psychanalyse à la pratique de la sexologie ? » Le savoir médical, psychologique, et anthropologique, ainsi que le savoir psychanalytique, constituent des axes fondateurs à la base théorique de la sexologie. Le champ de la fonction érotique, la sexologie, a pour objet les relations sexuelles, ce qui implique deux individus, tandis que la psychanalyse est focalisée sur le sujet et son objet de désir. Toutefois, la sexologie humaniste, fondée sur une biologie des primates, comme la psychanalyse, fondée sur le fonctionnement de l'inconscient, n'ont pas comme objectif la guérison mais l'accompagnement. Ces deux disciplines peuvent sans doute se compléter, soit sur le plan de l'enrichissement théorique, soit dans la pratique et l'expérience clinique. Ainsi, les enseignements de la sexologie, fondés sur la fonction érotique, font intervenir à la fois le psyché et le corps, la culture et les représentations. Prenant en compte les dimensions aussi bien intimes que sociales de la vie du sujet, elles touchent au domaine de la reproduction et de la continuité des générations aussi bien qu'à ceux des rites et des religions, ouvrant l’horizon de la pratique psychanalytique au-delà d’une focalisation sur les signifiants. La psychanalyse peut de cette façon concrétiser sa théorie sur la base des enseignements de la sexologie, prise comme domaine d'expérimentation. L’écoute psychanalytique s'enrichit ainsi des expériences de la clinique sexologique, et nous pourrions dans l'avenir évaluer d'avantage ces effets bénéfiques. Même si les psychanalystes sont déjà sensible à l'importance de la fonction érotique et ses effets sur le sujet, l'ouverture d'esprit de ce voyage dans les profondeurs de la dimension humaine qu’incarne la sexologie, les sensibilise davantage. D’un autre côté, la sexologie clinique est fondée sur le diagnostic, un projet de prise en charge et une démarche de bilan. Elle suit des principes, une éthique, et des procédures propres et bien définies. La psychanalyse pourrait, quant à elle, enrichir cette pratique dans les dimensions suivantes : - Une clarification du fonctionnement de la sexualité : l'inconscient comme « lien du refoulé », « trésor de signifiants » : sa formation, sa structure et son fonctionnement, fortement liés au désir, reposent sur trois éléments, qui sont le Réel, l’Imaginaire et le Symbolique. La théorie de la sexualité dans ce champ est la base de la production des différences, avec au centre, le Phallus, cette différence qui fait la différence. - Une clarification du comportement : peut-être l'enrichissement théorique permettrait-il de mieux comprendre le fonctionnement de l'inconscient, cet étranger en nous, pour mieux analyser les réactions du sexotherapeute, d'une part, et fournir des explications aux patients, d'autre part. - Une relation entre les deux cliniques. Il s’agit de rechercher comment qualifier les modalités d'une éventuelle coopération entre les deux cliniques : thérapies parallèles, thérapies décalées, sexotherapie analytique, thérapies successives…. - Un enrichissement clinique de la sexologie par la technique psychanalytique : à travers l’exploration de pistes telles que la sensibilité à l'écoute, le transfert, l'analyse de résistance, l'association libre et l'effet des signifiants, le refoulement, la castration, l'importance du rêve et du fantasme… Parmi l'ensemble des concepts éventuellement bénéfiques des champs de la psychanalyse, l'expérience d'écoute intense pourrait jouer un rôle important dans la pratique clinique de la sexologie, car le patient s'exprime avec des mots, et souvent des mots codés. Dans les deux champs, la parenté est davantage un certain accompagnement, où l'écoute joue le rôle central. L’importance de cette dimension d’écoute est d’ailleurs pointée par les praticiens sexotherapeutes qui ont une formation de psychanalyste, et aussi à travers la présentation des programmes d’enseignement de certaines formations en sexologie. Dès lors, il est intéressant de se demander comment un sexologue clinicien, qui profite de l'expérience et du savoir psychanalytique, pourrait améliorer son niveau d'écoute. Pour y répondre, nous commencerons par définir d’une part chacun des champs dont nous traitons – dans ce qui les distingue et ce les lie, et d’autre part l'écoute analytique dont il est question, ses conditions, ses avantages, ses limites. Ensuite nous explorerons les principaux axes qui fondent les apports pratiques de l’écoute en sexotherapie. Nous conclurons par l'ébauche d'une synthèse de conseils éventuels.

2003

université paris VII

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *